Une composition de substances unique

Protéine : une formule dynamique de régénération, de croissance, de force et de santé

Il suffit de regarder la teneur en protéine de la Chlorella de 60-70% pour être convaincu de sa richesse par rapport aux aliments traditionnels. Les produits connus pour leur haute teneur en protéine comme le soja ou la viande de veau n’arrivent qu’à 35% et 32% respectivement.

Pour réaliser de bonnes performances physiques et mentales, la présence de protéines dans l’alimentation est non négligeable. Chez les enfants et les jeunes adultes, les protéines permettent la croissance. De plus, elles favorisent la régénération des forces chez les personnes âgées et aident les sportifs, les personnes opérées et les malades à se remettrent sur pied.

Les médecins sportifs en sont conscients depuis longtemps. Ils recommandent aux athlètes de prendre des préparations à base de protéines comme aliments énergétiques. Les médecins et sportifs de haut niveau chinois et russes firent l’expérimentation, il y a quelques temps de prendre des produits d’algue, tels la Chlorella et le CGF, afin de compléter les sources de protéines provenant des légumes et de la viande. Il s’agit en effet d’une manière sensée et saine de compléter les régimes particuliers des sportifs, qui ne courent ainsi aucun risque de mauvaises surprises ou d’être accusés de dopage. 

Pour comparaison, voici une liste d’aliments choisis dont la teneur en protéine est élevée :

Teneur en protéine (pour 100 grammes) :

Chlorella                                            60-70

 

Farine de soja                                     35

Jarret de veau                                     32

Viande de porc (maigre)                       21

Viande de poulet                                 21

Viande de dinde                                  22

Sardines à l’huile                                25

Flétan                                                18

Œuf                                                   13

Lait entier                                            3

Farine de blé complet                          14

Riz complet                                        7,5

Pommes de terre                                2

Il important de garder à l’esprit, outre les chiffres indicatifs, que tous les aliments ne sont pas digérés et absorbés par l’organisme de la même manière. Le taux de protéine provenant de la viande de bœuf et de volaille et, absorbé par l’organisme de l’être humain est d’environ 65%, alors que la viande de poisson est digérée à 75-80%. Les protéines de la Chlorella sont absorbées à 80%, ce qui en fait l’aliment qui apporte le plus de protéine à l’homme.

Acides aminés : la plus petite unité de protéine mais avec un grand effet

Les protéines sont composées d’un ou de plusieurs polypeptides, qui sont des polymères d’acides aminés, c’est à dire un assemblage séquentiel d’acide aminés. Le schéma qui comporte tous les détails de l’assemblage de la protéine se présente sous forme d’ADN et se trouve dans le noyau de la cellule. Parmi la vingtaine d’acides aminés connus des biochimistes, l’organisme humain doit en absorber huit chaque jour à travers la nourriture.

Si l’alimentation quotidienne n’apporte pas les acides aminés nécessaires, de graves disfonctionnements physiologiques se feront sentir, par exemple un retard de croissance ou de graves maladies. Ces acides aminés d’importance vitale sont également qualifiés d’ « essentiels ». Dans ce groupe d’acides aminés essentiels figurent : leucine, isoleucine, valine, phénylalanine, méthionine, tryptophane, thréonine et lysine. Les acides aminés dits semi essentiels sont fabriqués par le corps (en quantité insuffisante cependant en cas de maladies ou stress inhabituel), ce sont l’arginine, l’histidine, la glutamine, la sérine, la cystéine et la tyrosine. Les autres, les acides aminés non essentiels sont alanine, proline, asparagine, acide asparagique, acide glutamique et glycine. Ils existent en général en quantité suffisante dans le corps même lorsqu’ils font défaut dans l’alimentation.

La Chlorella contient tous les acides aminés dans une proportion équilibrée, c’est la raison pour laquelle sa valeur naturelle en protéine est si élevée. En principe, cela est également vrai pour le CGF. Toutefois, certaines variations dans la saison et la technique de production affectent le concentré d’algue, mais généralement sans que la qualité des protéines n’ait à en souffrir.

Au contraire, les autres aliments riches en protéine ne contiennent pas tous les acides aminés ou alors dans une proportion non équilibrée, c’est pourquoi la valeur naturelle de leurs protéines est faible et qu’elles sont considérées de seconde catégorie (les protéines de la gélatine par exemple).

La qualité des protéines est déterminée par une caractéristique encore dont l’importance est sous-estimée ou tout simplement méconnue. Un gramme de Chlorella chaque jour apporte au corps non seulement 680 milligrammes de protéine mais également 30 milligrammes de molécules d’ARN et 3 milligrammes d’ADN. J’ai déjà insister plusieurs fois sur l’importance du rôle de l’ADN et de l’ARN pour devenir et rester en bonne forme physique et morale.

Acides aminés : petite fiche de ses fonctions et effets

Les fonctions importantes des acides aminés essentiels, semi essentiels et non essentiels sont tellement variées qu’il ne sera possible ici que d’en évoquer quelques unes brièvement : isoleucine, valine et leucine contribuent à produire l’énergie cellulaire et à faire fonctionner les muscles de façon optimale. Le foie et les reins indiquent un taux élevé de méthionine,qui favorise la régénération de ces organes. De nombreux acides aminés qui contribuent au bon fonctionnement du cœur et des muscles et qui aident à combattre les méfaits du stress, sont synthétisés à partir de la méthionine. La phénylalanine joue un rôle important pour les hormones, par exemple l’insuline qui régule le taux de glycémie ou la tyrosine, produite par la glande thyroïde. La thréonine en quantité suffisante vient considérablement en aide au système immunitaire. Le tryptophane a un effet calmant et relaxant car il provoque le production de sérotonine, un neurotransmetteur.

Il aide également l’organisme dans la fabrication de vitamines. Un manque en lysine a pour résultat, en autre, l’affaiblissement du système immunitaire. La lysine agit directement contre les virus et est utilisé avec succès dans le traitement de l’herpès.

A partir de l’arginine, on obtient du monoxyde d’azote (NO) qui depuis un moment est le sujet de nombreuses recherches ambitieuses et a divers effets sur les systèmes nerveux, immunitaire et vasculaire. D’après une étude, l’arginine et la lysine combinées augmenteraient la sécrétion d’hormone de croissance HGH (Human Growth Hormone) par l’hypophyse. L’arginine possède également des propriétés freinant le cancer. La sérine peut être fabriquée à partir de la thréonine, elle est par ailleurs une composante d’enzymes du pancréas et intervient donc directement dans la digestion des protéines. La sérine joue un rôle important dans l’apport d’énergie tandis que l’histidine est essentiel pour la formation et la coagulation du sang et est utilisé dans le traitement d’allergies. La tyrosine est responsable de la régulation du système hormonal. Dans l’organisme, elle est transformée en dopamine avant de devenir l’hormone du stress, l’adrénaline. La cystéine possède des propriétés détoxifiantes, principalement grâce au souffre qu’elle contient, ce qui lui valu d’être recommandée par de nombreux médecins comme substance purifiante utilisée  pour évacuer les métaux lourds du corps.

Lors d’efforts d’endurance intensifs, dès que le corps a épuisé ses réserves d’hydrates de carbone, le taux d’alanine dans les tissus musculaires commence à diminuer. Le glucose n’étant plus disponible car il a servi à brûler les hydrates de carbone, le foie est alors chargé de fabriquer le glucose (gluconéogenèse). Pour cela, le foie puise l’alanine et autres acides aminés dans les cellules des muscles, favorisant ainsi la détérioration des tissus musculaires. L’alanine  forme avec d’autres acides aminés une sorte de « substance de secours » dans l’organisme, en prévision du cas où le combustible principal, les hydrates de carbone, serait épuisé. Une concentration suffisante d’alanine et des réserves d’hydrates de carbone protègent les muscles de la détérioration, en d’autres termes, elles compensent les pertes.

L’asparagine et l’aspartate sont le moteur du système immunitaire et contribuent à la formation de l’ARN et l’ADN. La glutamine permet au cerveau de travailler. Elle constitue une source d’énergie importante dans (la muqueuse de) l’intestin grêle et du système immunitaire. La glycine, le plus petit acide aminé, est importante dans la formation et le bon fonctionnement des tissus conjonctifs. Les tissus conjonctifs sont partout dans le corps (ils le relie) et enveloppent par exemple les articulations, les tendons et les muscles. Dans les muscles, la glycine aide l’activation de la créatine, une composante importante du potentiel énergétique musculaire. La proline est nécessaire à la formation et au bon fonctionnement des articulations, des tendons et des os. Elle a également des fonctions importantes au niveau de muscle cardiaque. En cas de carence, un affaiblissement de sa performance se fait clairement ressentir. On suppose en outre qu’une inflammation des articulations ne serait pas sans rapport à la carence en proline. La glutamine et le glutamate sont les sources d’énergie principales des cellules du système digestif et contribuent de manière significative à la synthèse des protéines. Ces deux acides aminés permettent la formation de la muqueuse des intestins, empêchant ainsi les toxines dans l’intestin de se répandrent dans le sang ou d’atteindre le cerveau.

Les cellules de défense (du système immunitaire) ont besoin de la glutamine et du glutamate comme combustible pour assumer leur rôle de combattre les corps étrangers (bactéries et virus par exemple).

 

Chlorella Green Gem

Chlorella BIO

Rejoignez-nous sur Facebook