La Chlorella fixe les matières toxiques

La chlorella fixe à une vitesse extraordinaire les matières toxiques et les bactéries pathogènes. Cette propriété utile et favorable dans le corps humain, peut s’avérer problématique dans les lacs naturels ou les étangs, par exemple si la culture n’est pas contrôlée. La chlorella, attirant différentes sortes de toxines, peut alors perdre ses effets bénéfiques pour les êtres humains si sa capacité de détoxication a été considérablement réduite. En d’autres termes, si les cellules de chlorella ont déjà absorbé des toxines avant d’être transformées en compléments alimentaires, il est certain que leur capacité de détoxication sera considérablement réduite.

  • Les tentatives de cultiver la chlorella dans des conditions naturelles et de la traiter sans une surveillance rigoureuse se sont toujours soldées par la dégradation de sa qualité. Afin de maintenir constamment la qualité de l’eau d’un lac, il faudrait empêcher la souillure bactérielle de s’y installer et également assurer un PH optimum- ceci est quasi impossile.
  • Malgré les conditions décrites ci-dessus et un contrôle strict, il n’est pas impossible

que l’on décèle encore des quantités infimes de métaux lourds dans les produits à base de chlorella. Parceque la chlorella a tendance, comme une éponge, à absorber les matières toxiques de son environnement, il est irréaliste d’imaginer qu’elle puisse être totalement dénuée de polluants. Et si certains le prétendent, on peut alors remettre en question la véracité de leurs résultats d’analyse ou même l’objet de leurs recherches, qui ne doit pas être la chlorella pyrenoidosa.

q  De nombreuses recherches scienifiques prouvent que, indépendemment de la

quantité, toute matière toxique absorbée par la chlorella reste liée à celle-ci de manière irréversible et ne peut être donc plus être assimilée par le corps humain. Cette propriété est en rapports étroits avec la structure complexe des cellules, dans lesquelles se trouvent les différents éléments qui lient les toxines (p.70).

Récemment, un ami me soumetta les résultats d’analyse d’une algue, supposée cultivée dans des conditions naturelles, et dont la capacité de lier les substances toxiques serait encore plus élevée que celle de la chlorella. Il se trouve que cette analyse douteuse ne révélait pas la moindre trace de substances toxiques. Par conséquent, le pouvoir de détoxication de cette algue est nettement moindre que mon ami le prétendait avec tant d’enthousiasme. Mes suppositions se laissent confirmer par des résultats concrets. De plus, cette préparation à base d’algue est recommandée par ses producteurs, toujours et encore, en raison de ses effets de purification tellement extraordinaires.

Le procédé d’accroissement de la digestibilité de la chlorella

Sans traitement préalable, le taux de digestibilité de la chlorella serait inférieur à 50% chez les êtres humains.En effet, la membrane cellulaire de cette algue d’eau douce est extrêmement solide. De plus, à la différence des autres organismes unicellulaires, constituée de deux couches, la membrane de la chlorella pyrenoidosa possède troiscouches au lieu de deux. Grâce à un procédé de déssication modéré, certains producteurs sont parvenus à augmenter à 80% la digestibilité de la chlorella.

D’autres ont eu recours à un procédé mécanique pour briser la membrane cellulaire et atteignent ainsi un coefficient de digestibilité de 75%, seuil en dessous duquel il ne faut pas descendre, faute de quoi la chlorella, en transit dans les intestins, ne pourrait pas absorber les poisons. En effet, la chlorella non-traitée «glisserait» tout simplement dans les intestins et serait éliminée sans avoir pu agir sur notre organisme.


Chlorella Green Gem

Chlorella BIO

Rejoignez-nous sur Facebook